Arnaque au joint de culasse : qu’est ce que c’est ?

Comment éviter l’arnaque au joint de culasse ?

Le joint de culasse est une pièce essentielle au bon fonctionnement du moteur d’un véhicule. Depuis quelque temps, en France, il est à l’origine d’une escroquerie. Celle-ci est communément appelée l’arnaque au joint de culasse

C’est une panne stimulée par des individus malintentionnés se faisant passer pour des acheteurs potentiels pour tromper les vendeurs de véhicules. Voici quelques astuces simples à suivre pour réussir à ne pas se faire avoir.

À quoi ressemble une panne au joint de culasse ?

Depuis quelques années, le marché de l’occasion est en hausse. Les concessions traditionnelles cèdent la place aux particuliers ou aux revendeurs de véhicules d’occasion. Pour tout acheteur, cela permet de s’acquérir un véhicule moins cher avec une décote sur le prix initial.

Souvent, un défaut mécanique ou l’usure d’une pièce peut conduire un potentiel acheteur à demander une légère baisse du prix. De même, une simple panne mécanique suffit pour justifier un gros rabais. Si l’acheteur doit faire face à de potentielles réparations, le vendeur lui, risque de se faire avoir. En effet, certains acquéreurs provoquent sciemment une fausse panne en visant le joint de culasse.

Très coûteux, le joint de culasse garantit l’étanchéité de la chambre de combustion du moteur. Lorsqu’il est dysfonctionnel, le pot d’échappement dégage une épaisse fumée blanche. La voiture doit donc être emmenée rapidement en garage pour des réparations. Autrement, vous risquez d’avoir une consommation excessive d’huile ou une perte de puissance.

Parfois, les propriétaires de véhicule peuvent assister à une panne complète du véhicule avec le moteur qui ne tourne plus. Pour réparer le joint de culasse, il faut intégralement démonter le moteur. Cela peut vous coûter entre 1000 et 3000 euros.

Comment les arnaqueurs parviennent-ils à simuler un joint de culasse défaillant ?

Pour simuler la panne au joint de culasse, les escrocs ont l’habitude de distraire le vendeur. Le plus souvent, l’acheteur se fait accompagner par une autre personne qui, pendant qu’il inspecte la voiture, éloigne le propriétaire. Comme mobile, l’accompagnateur peut lui demander d’aller chercher un document administratif comme une facture ou l’inciter à aller chercher un outil de travail.

Une fois que le propriétaire du véhicule a le dos tourné, l’arnaqueur injecte, à l’aide d’une seringue, de l’huile de moteur dans le radiateur. Comme si cela ne suffisait pas, il renverse de l’eau dans le moteur. 

Au retour du vendeur, les deux arnaqueurs demandent à essayer le véhicule. Ce dernier au bout de quelques centaines de mètres dégage une épaisse fumée blanche. C’est le signe le plus flagrant qui prouve que le joint de culasse est défectueux.

Parce que le véhicule est sujet à une « panne », les arnaqueurs proposent au vendeur de racheter le véhicule à bas prix. Ils mettent en avant les supposées réparations qu’ils doivent supporter. À cette proposition, le vendeur n’a pas d’autre choix que d’accepter sans chercher à négocier. Le propriétaire du véhicule trouve même que c’est une affaire dans laquelle il est gagnant.

Dès que les transactions sont effectuées, les acheteurs cherchent à s’en aller le plus vite possible avec la voiture. Ils contactent généralement une dépanneuse pour les aider à remorquer le véhicule. Parfois, ils repartent avec la voiture telle quelle en prétextant déplacer le véhicule plus loin pour un dépannage plus facile. Ils vous donneront également l’impression de se rendre dans un garage proche.

Quelles astuces pour ne pas se faire arnaquer ?

Comme vous l’aurez remarqué, l’arnaque au joint de culasse est facile à mettre en œuvre lorsque les escrocs sont au nombre de deux minimum. Cela leur permet de distraire efficacement le vendeur et de réaliser le plus rapidement possible leur méfait. 

Pour vous prémunir de cette arnaque, ne laissez jamais votre voiture sans surveillance. Dans la mesure du possible, faites-vous également assister par une personne qui surveillera les acheteurs pendant que vous ferez vos allers-retours.

Ensuite, vous risquez de vous faire avoir si vous n’avez aucune connaissance approfondie de votre véhicule. Dès que cette panne a lieu de manière improbable, précisément lors de l’essai, vous êtes en droit de suspecter une manigance du genre. Il est d’ailleurs très peu probable que le joint de culasse tombe en panne à cet instant précis. Dans ce cas, n’acceptez pas de vendre le véhicule, car vous serez perdants.

Enfin, avant que les acheteurs ne s’en aillent, ayez le réflexe de relever leur identité. Prévenez immédiatement la police quand ils seront partis. Cela permettra de les mettre hors d’état de nuire afin de ne pas causer du tort à un autre vendeur particulier.

Si vous n’avez personne pour vous assister, n’acceptez pas de vendre le véhicule si une panne subite apparaît.